Botox des mollets

Le Botox des mollets, le nouveau caprice des anglaises

Le Botox fait partie des outils les plus populaires de la chirurgie esthétique mais il ne va pas servir uniquement au rajeunissement des traits du visage.

Depuis quelques années, le botox reste l’incontournable traitement des rides destiné au rajeunissement du visage. Petit à petit, la toxine botulique va servir à traiter d’autres zones du corps comme les mains pour leur donner un aspect plus doux ou les aisselles pour moins de transpiration. Maintenant le botox est injecté dans les mollets, mais pourquoi donc ?

Pourquoi a-t-on de gros mollets

Certaines femmes ont des mollets gros et épais dès la naissance, d’autres faisant suite à divers facteurs comme :

  • Une mauvaise hygiène de vie
  • Une hypertrophie musculaire.
  • De la graisse localisée
  • De la rétention d’eau

La situation est remédiable puisque désormais un nouveau traitement à base de toxine botulique, appelé botox est apparu pour le traitement des gros mollets. Ce type d’injection est déjà utilisé pour le traitement des rides du front ou le traitement de la transpiration excessive en médecine esthétique. Cette fois le botox permet d’affiner le muscle du mollet et de lui donner un meilleur aspect.

Botox des mollets : Pourquoi injecter du botox dans les mollets ?

Que ce soit en Grande Bretagne, en Italie ou même à Shanghai, les injections de Botox dans les mollets sont une pratique courante qui traite des dizaines de patients par semaine. Elles vont servir à modifier leur forme pour plus d’harmonie avec le reste du corps, le tout à un prix équivalent à 1500 € pour les deux jambes.

En effet, le mollet est une zone du corps qui peut être grosse par la pratique d’une activité physique ou le port de hauts talons et donc disproportionnelle au reste du corps. Le traitement s’adapte donc aux personnes dotées de larges muscles au niveau des mollets pour modifier leur forme et leur donner un aspect plus symétrique et plus fin.

Botox des mollets : La technique

Le geste médical doit être réalisé par un médecin ou un chirurgien, enfin un spécialiste agréé dans le domaine et expérimenté qui va donc pratiquer une dizaine de petites injections de toxine botulique dans les muscles du mollet. La dose de botox sera adaptée en fonction de la force du muscle.

Elles sont sans douleurs et se font sans anesthésie. Le botox agit en paralysant le muscle, il n’y a pas de dangers. L’atrophie musculaire causera la réduction du volume du mollet.
Les injections devront être renouvelées tous les 6 à 12 mois selon l’effet désiré.

Cette technique n’est pas reconnue en France en médecine ni en chirurgie esthétique. Le produit n’a pas d’autorisation de mise sur le marché en esthétique pour cet usage sur les mollets.
Dans le contexte de maladie nécessitant une prise en charge réparatrice cela est différent . Mais les indications sont rares.

Botox des mollets : Le résultat

La toxine botulique commence à agir 3 à 7 jours après son injection. Mais le résultat mettra un peu plus longtemps en attendant que le muscle perde en masse. Il faut compter un bon mois après l’injection. Le patient peut espérer perdre dans un premier temps au moins 2 centimètres.
Tout de suite après le traitement il faudra éviter le sport sollicitant les jambes pendant une à deux semaines.

Les risques du botox dans les mollets

Il faut savoir que le botox des mollets ne cible que les muscles et n’aura aucune influence sur la masse graisseuse. C’est pour cela que le traitement s’adresse principalement aux sportifs. Il n’y a pas de risques majeurs dans la procédure. C’est pour cela que les injections se font en ambulatoire et le patient retourne à ses activités quotidiennes immédiatement après. Par contre les effets ne sont pas éternels et ne durent que 6 mois.

Il y a lieu de signaler que le botox des mollets peut entrainer une légère faiblesse des jambes et par-delà des problèmes d’équilibre.

Le traitement des gros mollets : Le botox remplacé par la lipoaspiration

De temps à autre, l’accumulation de la graisse au niveau des mollets peut nécessiter une lipoaspiration. Dans ce cas le chirurgien doit protéger tout le réseau lymphatique pour éviter d’avoir du lymphœdème postopératoire.

Voir aussi : autres interventions relatives à la chirurgie des mollets

Leave a Comment

(0 commentaires)

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *