Chute de cheveux chez la femme : Causes et solutions

Les femmes aussi sont sujettes à la perte de cheveux. 40% des femmes ont une perte de cheveux visible à l’âge de 40 ans ça représente quand même un pourcentage important.

La perte de cheveux chez les femmes peut être absolument dévastatrice pour l’image de soi et le bien-être émotionnel.

Malheureusement, la société a forcé les femmes à souffrir en silence. Il est considéré beaucoup plus acceptable que les hommes passent par le même processus de perte de cheveux. Encore plus malheureusement, la communauté médicale accorde peu d’attention à la question de la perte de cheveux des femmes. Puisque la perte de cheveux ne semble pas mettre la vie en danger, les médecins oublient souvent les plaintes des femmes au sujet de la perte de cheveux et disent essentiellement à leurs patientes que “ce n’est pas grave” et que “vous devrez simplement vivre avec”.

Bien entendu, ce que les médecins ne semblent pas comprendre, c’est que les dommages psychologiques causés par la perte de cheveux et le manque d’attrait peuvent être aussi dévastateurs que toute maladie grave et, en fait, peuvent avoir un impact émotionnel sur la santé physique.

Causes de la perte de cheveux chez les femmes

L’alopécie androgénétique, un type de perte de cheveux communément appelée calvitie chez les femmes ou chez l’homme, n’a été que partiellement comprise jusqu’aux dernières décennies. Pendant de nombreuses années, les scientifiques ont pensé que l’alopécie androgénétique était due à la prédominance de l’hormone sexuelle masculine, la testostérone, que les femmes ont également à l’état de traces dans des conditions normales. Mais alors que la testostérone est au cœur du processus de calvitie, on pense maintenant que la dihydrotestostérone (DHT) est le principal responsable.

La DHT, un dérivé de la testostérone, une hormone masculine, est l’ennemi des follicules pileux sur la tête.

La testostérone se convertit en DHT à l’aide de l’enzyme 5-alpha réductase. Les scientifiques pensent maintenant que le problème ne réside pas dans la quantité de testostérone en circulation, mais dans le niveau de liaison de la DHT aux récepteurs dans les follicules du cuir chevelu. La DHT réduit les follicules pileux, rendant impossible la survie de cheveux en bonne santé.

Le processus hormonal de conversion de la testostérone en DHT, qui nuit ensuite aux follicules pileux, se produit chez les hommes et les femmes. Dans des conditions normales, les femmes ont une fraction infime du niveau de testostérone des hommes, mais même un niveau inférieur peut provoquer la perte de cheveux induite par la DHT.

Étant donné que les hormones fonctionnent mieux lorsqu’elles se trouvent dans un équilibre délicat, il n’est pas nécessaire d’élever les androgènes, comme on appelle les hormones mâles, pour déclencher un problème. Leurs hormones femelles homologues, une fois abaissées, donnent un avantage à ces androgènes, tels que la DHT. Un tel déséquilibre peut également causer des problèmes, y compris la perte de cheveux.

La perte de cheveux peut aussi être causée par un déséquilibre des hormones thyroïdiennes ou de la grossesse, par la maladie et par certains médicaments, qui peuvent tous influencer la croissance et la chute des cheveux.

Les hormones sont cycliques. Les niveaux de testostérone chez certains hommes baissent de 10% chaque décennie après l’âge de 30 ans. Les niveaux d’hormones chez les femmes baissent à l’approche de la ménopause et diminuent fortement pendant la ménopause et au-delà. La nature cyclique de nos cheveux et de nos hormones est l’une des raisons pour lesquelles la perte de cheveux peut augmenter à court terme, même lorsque vous rencontrez un ralentissement à long terme de la perte de cheveux (et une augmentation à long terme de la croissance des cheveux) lors d’un traitement qui contrôle la chute de cheveux.

Comment traiter la chute de cheveux chez la gent féminine

En ce qui concerne les traitements médicamenteux de l’alopécie androgénétique, les femmes se trouvent dans une position difficile. Alors que de nombreux médicaments peuvent être efficaces dans une certaine mesure pour certaines femmes, les médecins hésitent à les prescrire. De plus, les sociétés pharmaceutiques ne se donnent pas la peine d’essayer de tester des médicaments spécifiquement pour leur capacité à prévenir et traiter la calvitie chez les femmes.

Les médecins hésitent à prescrire des traitements systémiques (pilules ou autre forme de traitement qui affecte tout votre système) car ils peuvent altérer les niveaux d’androgènes de votre corps. Le médecin ou le chirurgien capillaire voudra d’abord confirmer que la perte de cheveux est due à un excès d’androgènes (les hormones mâles) dans le système ou à une “sur-réponse” sensibilisée à des quantités normales d’androgènes. Par conséquent, les médecins choisissent souvent des traitements topiques, qui sont appliqués directement sur le cuir chevelu.

Commencer le traitement dès que possible après le début de la chute des cheveux donne les meilleurs résultats, car une alopécie androgénétique prolongée peut détruire de nombreux follicules pileux. L’utilisation d’anti-androgènes après une chute prolongée des cheveux aidera à prévenir d’autres dommages et encouragera la repousse des cheveux à partir de follicules qui étaient en sommeil mais qui sont encore viables. L’arrêt du traitement entraînera la reprise de la perte de cheveux si les androgènes ne sont pas contrôlés d’une autre manière. Le maintien de vos niveaux de vitamines et de minéraux vous aide à prendre des médicaments anti-androgènes.

L’efficacité de ces agents et méthodes varie d’une personne à l’autre, mais de nombreuses femmes ont constaté que l’utilisation de ces traitements avait eu un effet positif sur leurs cheveux et leur estime de soi. Comme toujours, les traitements ont les meilleures chances d’être efficaces s’ils sont adaptés à la cause de la chute des cheveux et au déclenchement de leur croissance.

Tant de traitement existent parmi eux :

  • Le minoxidil
  • Spironolactone
  • Cimétidine
  • Kétoconazole
  • Finastéride
  • Acétate de cyprotérone avec éthinyloestradiol

Et aussi les pilules contraceptives diminuent la production d’androgènes ovariens, elles peuvent être utilisées pour traiter l’alopécie androgénétique de la femme. Seules les pilules contraceptives à faible indice androgène doivent être utilisées pour traiter la perte de cheveux. Les pilules contraceptives à indice d’androgène élevé peuvent contribuer à la chute des cheveux en les déclenchant ou en les activant une fois qu’elles ont été causées par autre chose. Voir Causes pour plus d’informations sur les contraceptifs oraux et la perte de cheveux.

Tous ces traitements esthétiques ou non esthétique et médicaments peuvent dans le meilleur des cas stopper la chute de cheveux mais comme solution il n’y a que la greffe de cheveux pour retrouver votre crinière d’antan.

Leave a Comment

(0 commentaires)

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *