myopie Anomalie de la vision

Anomalie de la vision : La myopie

La myopie est une anomalie de la vision fréquente qui touche un bon nombre d’individus. Il s’agit d’un trouble de focalisation de l’œil, et non pas une maladie des yeux.

La myopie est une erreur de réfraction. Cela  signifie que l’œil ne réfracte pas la lumière comme il se doit. Chose qui provoque l’anomalie de la vision et empêche l’individu de voir clairement. Dans la myopie, les objets proches se voient sans difficulté mais les objets éloignés apparaissent flous.

La myopie chez les enfants

La myopie est généralement héréditaire et est souvent découverte chez les enfants quand ils ont entre huit et douze ans. Pendant les années d’adolescence, lorsque le corps se développe rapidement, la myopie peut s’aggraver. Entre vingt et quarante ans, la vue ne varie que très rarement et il n’y a généralement pas ou peu de progression de la myopie.

Correction de la myopie au laser

Qu’elle soit « douce » ou sévère, la myopie peut  généralement se stabiliser vers l’âge de vingt ou de trente ans. Pour corriger cette anomalie de réfraction, vous pouvez généralement réussir facilement à avoir une bonne vision avec des lunettes correctrices ou avec des lentilles de contact.

Il existe également, pour la correction de la myopie un procédé plus radical à savoir le traitement au laser.

Cette chirurgie oculaire est destinée aux personnes myopes qui ne souhaiteraient porter ni des lunettes ni des lentilles de contact.  Avec le laser, on subit l’intervention une seule fois et l’on devient indépendant de toute correction optique destinée à permettre de voir mieux.

L’intervention de la chirurgie de la myopie au laser se fait sous anesthésie locale et en ambulatoire. C’est-à-dire que vous n’avez pas besoin de passer la nuit à la clinique après l’intervention.

Chirurgie de correction de la myopie : Types de laser

Il existe deux techniques utilisant le laser pour la correction de la myopie : LASIK et PKR. Les deux techniques sont extrêmement efficaces. Mais seul le chirurgien ophtalmologiste peut faire le choix entre les deux et ce, en tenant compte du type de la  cornée du sujet. A titre d’exemple, la cornée d’un myope est généralement beaucoup plus fine que celle d’un hypermétrope. D’un autre côté, plusieurs paramètres doivent être pris en compte étant donné qu’un seul sujet peut présenter plusieurs anomalies de la vision à la fois.